« Réparer les vivants » : la vulnérabilité et ses régimes de représentation